Journal inattendu d’un confiné

Journal inattendu d’un confiné

Texte Armand de Rendinger

« Comme tout un chacun, le confinement m’est tombé dessus le 15 mars 2020. Non préparé à ce type de situation, étonnamment, le sportif que je suis a trouvé dans la poésie une sorte d’exutoire fou pour rendre la vie quotidienne moins pénible et monotone. Aussi, Amis lecteurs, au travers de ce recueil de 80 sonnets écrits en 80 jours, vous trouverez mes sentiments, regards, cris et coups de gueule relatifs à des faits et évènements survenus durant cette période. Sans doute feront-ils écho à ce que vous-mêmes avez vécu. » Pour l’auteur, familier des essais et romans, les mots sont les habits des sentiments et la poésie une manière de les porter. Aussi ne se fait-il pas d’illusion sur la qualité de ses vers et ce n’est pas à 75 ans qu’il jugulera son énergie en s’adonnant au romantisme et à la mélancolie. À l’art de la rime, tel un vieil enfant, il donne simplement la discipline et la couleur de la « rimaille ». Son recueil peut se lire en continu ou au hasard des titres qui vous interpellent. Il retrace un moment inédit,
des évènements éphémères et un vécu où les humeurs, l’humour et l’autodérision se croisent sans jamais déroger à ce qui caractérise son auteur : l’amour pour sa famille et son pays, l’intérêt pour l’autre.

Armand de Rendinger a pour passion l’histoire, la vie politique et le sport. Né en septembre 1944 en Touraine, il est d’origine alsacienne et issu d’une famille de militaires et de diplomates. Avant de devenir consultant international dans le domaine du sport, il a travaillé durant plus de trente ans au sein du cabinet de conseil Andersen Consulting. Depuis 1983, il a été un observateur permanent de l’évolution du mouvement olympique et de son mode de fonctionnement. Durant cette période, il a eu l’occasion d’apporter sa contribution à plus d’une dizaine de candidatures à l’organisation des Jeux Olympiques et de rédiger régulièrement des chroniques d’actualité pour différents médias.
Auteur de différents ouvrages notamment sur l’olympisme qui font référence, il reste un fidèle lecteur de la poésie française.